L’extérieur s’invite à l’intérieur

 

4Z7B8548
Hall du premier étage

 

 

 

A la fin du XVIIIe siècle, après le tremblement de terre de 1755, la ville de Lisbonne est reconstruite selon les préceptes de l’urbanisme des Lumières et devient en la matière à la pointe de l’Europe.

Ces nouvelles idées sèment une envie de changement chez une élite éclairée, certes minoritaire, mais porteuse des idées du Siècle des Lumières qui apportera un changement culturel avec un intérêt pour les sciences,  la nature et le renforcement du pouvoir séculier dans la société portugaise.

C’est dans ce contexte que le goût pour les décorations à fresque aux thèmes mythologiques ou naturalistes, loin des thèmes religieux jusqu’alors de mise, vont fleurir dans la décoration des plafonds et des murs des résidences privées de l’aristocratie ou de la bourgeoisie portugaise.

Le peintre français Jean-Baptiste Pillement (1728-1808), qui séjourna au Portugal trois fois au long de sa vie, est peut-être l’artiste qui influença le plus la grammaire décorative des habitations aristocratiques de la deuxième moitié du XVIIIe siècle en y introduisant la peinture de paysage et probablement le goût de la décoration murale naturaliste.

Le dialogue entre intérieur et extérieur est bien visible dans plusieurs de ses décorations murales exécutées dans divers palais lors de son dernier séjour au Portugal (entre 1780 et 1786) et notamment celle du Salon Noble du Palais des Seteais à Sintra. La nature y est exubérante et étrange, des cactus géants et des lierres énormes envahissent de leurs branches les plafonds et encadrent les portes fenêtres ouvertes sur l’escalier extérieur qui nous amène au jardin de buis.

4Z7B8500
Détail fresque hall premier étage

Même si en Alentejo les décorations murales avec une thématique profane ou naturaliste sont extrêmement rares, j’ai voulu créer pour la Maison des Oiseaux  des fresques décoratives « au goût » de celles que l’on trouve dans les maisons de campagne de la deuxième moitié du XVIIIe siècle dans les environs de Lisbonne.

Dans le hall qui distribue les pièces du premier étage, j’ai voulu retrouver la paix et la tranquillité d’un patio de jardin baroque, avec les encadrements et les ornements en stuc si typiques des jardins de l’Alentejo.

Au dessus des murs de ce patio apparaît une multitude d’oiseaux, d’arbres et d’animaux apportant la vie et la nature de la campagne et des jardins de l’Alentejo à l’intérieur de la maison.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s